Le nouveau contrat engagement jeune en quelques mots :

Le 2 novembre 2021, Emmanuel Macron a annoncé la création d’un nouveau contrat à destination des jeunes : le contrat engagement jeune (CEJ). Ce dispositif, destiné à remplacer « la garantie jeune », a été approuvé par l’Assemblée Nationale le 4 novembre 2021.

A qui s’adresse ce nouveau contrat ?

Ce nouveau contrat s’adresse aux jeunes de 16 à 25 ans (et de moins de 30 ans pour les jeunes en situation de handicap), qui sont sans formation ou sans emploi depuis plusieurs mois.  

En quoi consiste t-il ?

Le jeune s’engagera à suivre un programme de 15 à 20 heures d’accompagnement par semaine durant une période de 12 mois (pouvant aller jusqu’à 18 mois sous conditions) dans le but de découvrir un métier, se former, trouver un apprentissage ou un emploi

En contrepartie, une allocation pouvant aller jusqu’à 500 euros par mois pourra être versée sous condition de revenus, d’assiduité et d’acceptation des offres d’activité faites.

Par qui sera t-il proposé ?

→ Les Missions Locales

→ Pôle emploi

 → Des organismes publics ou privés proposant des services d’insertion, et d’accompagnement des personnes en recherche d’emploi

Quels en sont les acteurs ?

Chaque jeune sera accompagné par un conseiller de Mission locale ou de Pôle emploi qui restera son référent tout au long de son parcours.

Une application sera mise en place pour que le jeune puisse dialoguer avec son référent tout au long de son contrat.

En outre, les entreprises seront mobilisées pour favoriser les découvertes de métiers, les immersions dans un collectif de travail et la formation en alternance.

A partir de quand ?

Le contrat engagement jeune rentrera en vigueur progressivement. 

D’abord à titre de préfiguration à compter de janvier 2022, puis il se déploiera complètement à partir de mars 2022. 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Nos derniers articles

Droit du travail individuel et collectif

Nouvelle loi santé au travail

Depuis plusieurs années le législateur s’intéresse de près à la problématique de la santé des salariés au travail, tant sur le plan physique que psychologique.

je lis cet article >